Fiche pays Equateur

Équateur

Intitulé officiel du pays : République de l'Équateur
Capitale : Quito
Superficie : 283 560 km²
Population : 14 306 876 d’habitants
Peuples et ethnies : La population équatorienne est constituée de 4 ethnies. La plus influente est l’ethnie des métis. Ces derniers représentent 65 % de la population du pays. Ils sont suivis des Amérindiens qui constituent 25 % de la population. Les Européens et les Créoles, qui ont pour ancêtres les colons espagnols représentent 7 % de la masse démographique du pays. Les Afro-équatoriens formés par les Mulatos et les Zambos sont une minorité, car ils ne représentent que 3 % des Equatoriens. Vous pouvez rencontrer également en Equateur, des personnes originaires d’autres pays. Ce sont notamment des commerçants d’origine coréenne ou libanaise vivant à Guayaquil. On rencontre aussi des Chinois propriétaires de restaurants ou d’épiceries. Ils sont des descendants de constructeurs de voies ferrées venus dans le pays au XIXe siècle afin de prendre part à la construction des voies ferrées reliant dans un premier temps Quito à Guayaquil et ensuite Quito à San Lorenzo en passant par Ibarra.
Langues : Espagnol, Kichwa et Shuar
Religions : Selon les chiffres de la CIA World datant de 2009, 95 % des Equatoriens sont des chrétiens catholiques. Malgré cette forte proportion de chrétiens, la majorité n’est pas pratiquante. Ceux qu’on pourrait considérer comme pratiquants, le font en mélangeant croyances catholiques et croyances ancestrales. C’est le cas des indigènes Kichwa de la Sierra.
Il existe d’autres formes de christianisme dans le pays. A Guayaquil par exemple, il existe une quinzaine de religions. Les églises évangéliques sont également populaires dans le pays. Elles aspirent d’ailleurs à occuper la scène politique par le biais d’organisations comme le FEINE (Conseil des peuples et organisations indigènes évangéliques d’Equateur). On note également la présence de Mormons et de Témoins de Jéhovah.
Institutions politiques : République
Président : Lenín Moreno
Monnaie : Dollar américain


Histoire

La nation équatorienne doit son nom à une mission de scientifiques français dirigée par Louis Godin, Charles Marie de La Condamine et Pierre Bouguer. Ils choisissent le nom Equateur simplement parce que le pays est situé sur la ligne équatoriale qui passe par l’Amérique du Sud. On estime l’arrivée des premiers peuples sur le territoire à environ 12 000 ans même si peu d’éléments peuvent étayer cette hypothèse. Le peuple de Valdivia apparaît vers 3 000 avant J.-C. avant de disparaître des siècles plus tard.
C’est en l’an 500 de notre ère que de nouvelles civilisations occupent le territoire de l’Equateur. Le peuple Inca imposera sa domination par la suite, et ce jusqu’à l’arrivée des colons espagnols.


La Colonisation

Bartolomé Ruiz accosta sur les côtes de l’Equateur en 1526 avant d’être rejointe par Francisco Pizarro et ses conquistadors un an après.
Francisco Pizarro se lança à la conquête du pays en 1532, après avoir senti le déclin de la puissance Inca. Diego de Almagro, capitaine de Pizarro, envahit la région. Rumiñahui, chef Inca tente de contrecarrer les plans des colons, mais il finit par échouer. Sebastián de Benalcázar prend le contrôle de la capitale et fonde la ville de San Francisco de Quito, le 6 décembre 1534.
La ville de Guayaquil est fondée le 25 juillet en 1538.
Gonzalo Pizarro entreprit une expédition dans la forêt amazonienne en 1541. Il est suivi par Francisco Orellana qui arrive au bord du fleuve Amazone.
En 1546, Loja voit le jour, puis Cuenca fondée le 12 avril 1557.
La Real Audencia de Quito est créée en 1563 et placée sous l’autorité de la vice-royauté du Pérou.
Les Jésuites construisent des églises, des écoles, des cathédrales, et même des universités. C’est ainsi que l’Université de San Grégorio de Quito vit le jour en 1622.
En 1684, des corsaires anglais attaquent la ville de Guayaquil.
La Real Audencia est ensuite placée sous la domination de la vice-royauté de Santa Fe de Bogotá en 1718, avant revenir sous son ancienne tutelle en 1722.
Les Créoles se soulevèrent contre l’hégémonie royale sur les produits comme le tabac, la poudre, l’alcool, etc. En 1767, les Jésuites sont chassés des territoires espagnols sous l’ordre du roi.


L'indépendance

Refusant de se placer sous la domination espagnole, les Créoles se révoltent en créant une junte dirigée par Pío Montúfar, Marquis de Selva Alegre. Une révolte éclate le 2 août 1810 à Quito. Les membres de la junte sont arrêtés et exécutés.
Une nouvelle junte verra le jour en 1811, suivi de la proclamation d’une nouvelle constitution en 1812.
Guayaquil et Cuenca proclamèrent leur indépendance respectivement le 9 octobre et le 3 novembre 1820. Le Général Sucre apporte son aide au nouveau gouvernement de Guayaquil. Le 24 mai, il sort victorieux de la bataille de Pichincha à l’issue de laquelle Quito et Guayaquil passe sous la domination de la République colombienne.
Guayaquil est attaquée en 1828 par la flotte péruvienne au cours d’une guerre de frontière qui oppose la Colombie et le Pérou. Le conflit prendra fin après la victoire de la Colombie et la signature d’un traité de paix le 27 mai 1829.
Le 4 juin 1830, l’Equateur se sépare de la Colombie et devient un état souverain. Le Marechal Sucre est victime d’un assassinat à Barruecos, avant la prise de pouvoir du premier président équatorien, le Général Juan José Flores.
Les temps troubles
L’Equateur assujettit les îles Galápagos en 1832 avant de tomber sous des années de révolte. Vicente Rocafuerte prend le pouvoir lors d’une guerre civile qui éclata en 1835. Il quitta le pouvoir en 1839. Le Général Flores perd le pouvoir après la Révolution Marcista qui survint en 1845 à Guayaquil.
La traite négrière est abolie en Equateur par le Général José Maria Urvina.
Le Pérou déclare la guerre à l’Equateur en 1858. Guayaquil est de nouveau attaqué par le Pérou. Les armées péruviennes font tomber le gouvernement en place. Un mouvement national guidé par Gabriel García Moreno met fin au conflit avec le Pérou, en 1860.
Trois ans plus tard, c’est au tour de la Colombie de déclarer la guerre à l’Equateur. L’armée équatorienne enregistre une défaite à Cuaspud.
Le Général Gabriel García Moreno prend les rênes du pouvoir après avoir organisé un coup d’Etat en 1869. Il est assassiné quelques années plus tard à Quito.
La guérilla montonera éclate au large du Pacifique en 1884. En 1885, le « sucre » est déclaré comme monnaie nationale.
Eloy Alfaro, guida la Révolution Libérale en 1895 sans grande réussite. Il organisa une nouvelle révolution en 1906 avec plus de réussite cette fois-ci. Une Charte constitutionnelle dans laquelle l’Eglise et l’Etat sont séparés, est signée.
La guerre éclata à nouveau entre le Pérou et l’Equateur. Alfaro est contraint d’abandonner le pouvoir en 1911, avant d’être assassiné le 12 janvier 1912 à Quito. Cette période d’instabilité est marquée par de nombreux troubles à travers le pays.
En 1925, le pouvoir en place est renversé après une nouvelle révolte. Une nouvelle Constitution dans laquelle des réformes sociales permettant par exemple aux femmes de voter est officialisée.
En 1941, le Pérou attaque une fois de plus la nation équatorienne afin de la forcer à signer un traité frontalier. La signature du traité indique que le Pérou s’accapare de la moitié du territoire équatorien.
Velasco Ibarra devient chef du pouvoir exécutif à la suite d’une révolte contre Arroyo del Río en 1944.
L’Equateur est dirigé par une dictature militaire de 1963 à 1966.


Les temps modernes

En 1967, un gisement de pétrole est découvert en Amazonie. L’Equateur rejoint le Groupe d’intégration andine en 1969.
Une nouvelle dictature s’installe de 1972 à 1979. Elle prend fin avec la prise de pouvoir de Roldos après des élections.
Le pays est frappé par une révolte de la part des peuples indiens d’Equateur. En 1997, El Niño (phénomène climatique se manifestant par une forte chaleur à la surface de l’eau) sévit. Ce phénomène climatique met sérieusement à mal la pêche, un des plus grands secteurs générateurs de revenus dans le pays.
Jamil Mahuad, élu à la tête du pays en 1998, signe un traité de paix avec le Pérou. Il prend des mesures drastiques afin de faire face à la crise économique nationale. Il tenta de redresser l’économie du pays en ordonnant une immobilisation bancaire de sept ans et en choisissant le dollar américain comme monnaie du pays. Les nouvelles réformes ne font pas l’unanimité surtout dans le rang des Indiens du pays. Soutenus par des militaires, les Indiens marchent sur Quito et d’autres villes. Le président est contraint de démissionner. Il est remplacé par Gustavo Noboa. Le nouveau dirigeant institue comme monnaie nationale, le « sucre » à la place du dollar américain.


Géographie

L’Equateur est traversé par la cordillère des Andes qui parcourt le pays du nord au sud. Le Pérou borde le pays sur une distance de 1 420 km, du sud à l’est. La Colombie (borde l’Equateur au nord sur une distance de 590 km) et le Pacifique (à l’ouest) constituent également des frontières pour le pays. Les îles Galápagos font partie du territoire équatorien.

Sur les plans géographique, climatique et humain, quatre régions se distinguent en Equateur :

  • La Costa (côte) est une région au climat tropical humide (au nord) et semi-aride (au sud). Elle s’étend de la cordillère des Andes au Pacifique sur 800 km. Le courant de Humboldt et le phénomène de l’upwelling (remontée des eaux) permettent au secteur halieutique d’être rentable. On cultive également dans la Costa, des fruits tropicaux comme la mangue, la banane, la canne à sucre, etc. Guayaquil est la ville avec la plus forte densité démographique dans la région. Elle est dotée d’un grand port.
  • La Sierra est située en altitude. La cordillère des Andes est divisée en chaîne de montagnes. Chaque chaîne comprend plusieurs volcans d’environ 5 000 m d’altitude. Le Chimborazo avec ses 6 310 m d’altitude constitue le plus haut point du pays. Il est situé dans la cordillère Occidentale. Situé dans la cordillère Orientale, le Cotopaxi avec ses 5 897 m est aussi un point très en vue dans le pays et dans le monde (il est le plus haut volcan actif du monde). Un « couloir inter andin » de 2 500 m d’altitude sépare les cordillères. La Sierra s’étend de Tulcán (situé à la frontière colombienne) à Loja au sud, sur 600 km. La région de Loja a un climat tempéré. Cette zone très peuplée a pour villes principales Quito (capitale du pays) au nord et Cuenca au sud.
  • L’Oriente (Amazonie) est une zone difficile d’accès et peu peuplée. Elle est traversée par les affluents du fleuve Amazone. Elle est caractérisée par un climat tropical humide. Cette région concentre la plus grande partie des ressources pétrolières du pays.
  • Les Îles Galápagos sont enregistrées au patrimoine de l’Humanité en raison de la variété de ses espèces. Cet archipel est d’origine volcanique.


Economie

L’équateur est un pays qui a bâti son économie sur l’exportation. Les plus grands éléments de cette exportation sont : la banane (le pays est en tête des pays exportateurs de bananes dans le monde), le tourisme et les ressources pétrolières.
D’autres produits comme les fleurs coupées, l’huile de palme et le chapeau Panama sont en train de connaître une évolution dans le domaine des exportations dans le pays.
Les produits de base comme les huiles et graisses alimentaires abondent dans le pays grâce à la culture du palmier à huile et du soja.
En dépit de cette profusion, la crise économique sévit grandement dans le pays. La dette extérieure du pays était de 14 milliards de dollars dans les années 2000. La nation bénéficie de l’aide du FMI afin de régulariser sa situation économique.



t

150

créateurs de voyages

r

21378

avis de voyageurs

d

Garantie

Capital 7,7m€ & Assurance 8m€

Paiement Sécurisé

o

1500

suggestions d'itinéraires 100% personnalisables

U

141094

voyageurs nous ont fait confiance

Haut